Seine-Saint-Denis : deux personnes gravement blessées par des tirs de policiers à Stains

Deux personnes ont été gravement blessées par des tirs de policiers dans la nuit de dimanche à lundi vers 1h30, au niveau du boulevard Maxime Gorki à Stains (Seine-Saint-Denis). La vidéo des tirs circule et indigne sur les réseaux sociaux. Elle figure parmi les sujets les plus discutés du jour sur Twitter.

Selon la police, à la suite d’un refus d’obtempérer, un équipage de trois policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Stains a tenté de contrôler le conducteur d’un véhicule qui, après avoir coupé le contact, a redémarré brusquement. Lors d’une marche arrière, il a percuté un premier policier. Un deuxième policier a alors tenté d’immobiliser le véhicule mais a été entraîné sur plusieurs mètres alors que le conducteur était reparti en marche avant.

Le pronostic vital des passagers n’est plus engagé

Deux policiers ont fait usage de leur arme de service à plusieurs reprises. Le conducteur âgé de 37 ans et sa passagère âgée de 40 ans ont été hospitalisés dans un état critique mais leur pronostic vital n’était plus engagé ce lundi en début d’après-midi. Ils n’ont pas encore pu être entendus par les enquêteurs.

Les policiers, eux, sont désormais en garde à vue dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Deux d’entre eux ont légèrement été blessé. L’un à la main et au genou, l’autre à la cheville. Sur la vidéo partagée sur les réseaux sociaux, il semble qu’aucun élément ne permet d’identifier les policiers, qui ne portent pas de brassard ou n’ont pas allumé de gyrophare.

« Cette vidéo d’une grande violence exige que toute la lumière soit faite sur ce drame. L’utilisation d’arme de service par des policiers ne portant pas leurs brassards officiels n’est pas un acte anodin », réagit le maire PCF de Stains Azzédine Taïbi dans un communiqué.

Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Bobigny. L’une pour tentative d’homicide volontaire, en ayant foncé sur un policier, l’autre pour usage d’arme à feu par les policiers. La sous-direction de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis et l’Inspection générale de la police nationale sont saisies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.