Citation de Maurice Rajsfus

« Concernant le traitement judiciaire des « bavures », le policier n’est pas un justiciable comme les autres, il est assermenté et sera toujours moins condamné.
Dans la police on a le sentiment que les policiers sont très souvent les victimes. Mais les policiers sont armés. Il y’a très peu de policiers tués dans l’exercice de leur fonction. Leur nombre n’a rien à voir avec celui des personnes qui meurent du fait des interventions policières.

Pour la police, il n’y a pas de victimes. Rien que des suspects coupables d’incivisme ou de rébellion.
Face à la police, on ne trouve que des “individus” troublant l’ordre public, et qu’il convient de remettre à la raison.
Le policier ne peut avoir tort : il représente la loi. Lui répondre peut justifier un
passage à tabac, lui résister risque de correspondre à un arrêt de mort.
Le policier ignore que la peine de mort a été abolie en octobre 1981. »

Le travail de rassemblements des différents crimes d’État met en évidence une mécanique qui se situe en trois temps :
1. Il y a le flic qui tue, le plus souvent un maghrébin ou un noir, le plus souvent jeune, et le plus souvent habitant d’un quartier populaire ;
2. il y a les médias qui portent la version policière et des représentant(e)s de
l’Etat, où la victime devient le /la coupable : « la police a fait son travail… » ;
3. il y a la justice qui prononce un non-lieu ou fait traîner l’affaire, pour
finalement, le plus souvent innocenter l’assassin.

N’oubliez pas, la police assassine et elle est couverte par la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.