Campagnes

"LAISSEZ-NOUS RESPIRER !"
CAMPAGNE POUR L'INTERDICTION DES TECHNIQUES D'IMMOBILISATION MORTELLES

Plus de dix ans d’impunité…

Le 17 juin 2007, Lamine Dieng est mort étouffé par plusieurs policiers, écrasé par leurs poids et immobilisé au sol par un plaquage ventral.

Lamine n’est ni le premier, ni le dernier à mourir des mains de la police. Plusieurs Gestes et Techniques Professionnelles d’intervention (GTPI) sont dangereuses, voire mortelles, et sont proscrites dans d’autres pays : le plaquage ventral, la clé d’étranglement et le pliage.

En France, ces techniques ne sont pas interdites. Elles continuent même d’être enseignées dans les écoles de police. 

Pire, les policiers auteurs de crimes bénéficient d’une impunité quasi systématique. Après des années de procédures judiciaires coûteuses et psychologiquement difficiles, les familles des victimes sont contraintes d’accepter l’inacceptable, réduites au silence et à un deuil impossible. Sans vérité, il n’y a pas de justice. Et sans justice, il n’y a pas de paix.

Mais le combat des familles prend mille formes différentes : juridique, politique, spirituel, citoyen ou révolutionnaire…

Aucune stratégie ni aucun combat n’est vain. Ce qui compte, c’est ce qui permet aux proches de tenir, de rester visibles, de garder espoir. Aujourd’hui, le collectif Vies volées constitué autour des proches de Lamine Dieng, mène campagne contre les techniques d’immobilisation qui ont emporté leur fils et leur frère.

Cette campagne prendra plusieurs formes : mobilisations, manifestations, affichages et pétitions.

La forme la plus accessible et que chacun(e) peut se réapproprier est la pétition.

Sans préjuger de son efficacité, nous demandons à chacun(e) d’exprimer son soutien à notre combat, en signant cette pétition, espérant bien retrouver tout(e)s celles et ceux qui le pourront à nous retrouver sur le terrain.

 

Merci et à très bientôt,

Le collectif Vies Volées

Une campagne :

POUR l’interdiction du plaquage ventral, du pliage, et de la clé d’étranglement, des techniques policières d’immobilisation qui tuent chaque année en France ;

POUR plus d’indépendance dans les enquêtes sur les violences policières ;

POUR le respect des droits des familles de victimes ;

POUR plus de transparence dans l’action policière et son contrôle ;

Le plaquage ventral, le pliage et la clé d’étranglement sont trois techniques utilisées par les forces de l’ordre pour immobiliser une personne. Les policiers compriment le thorax ou serrent le cou, ce qui entrave la respiration, et peut mener à l’asphyxie. Plus la violence de la compression dure, plus l’interpellé manque d’oxygène et se débat. Et plus les agents des forces de l’ordre renforcent leur compression. Et plus cette violence tue.

La France a été condamnée à deux reprises par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour l’utilisation de ces techniques, que la cour estime « hautement dangereuse pour la vie ». Et pourtant, ces techniques continuent d’être enseignées, utilisées et de causer la mort, chaque année. Lamine Dieng, 25 ans, est décédé après un plaquage ventral, tout comme Adama Traoré, 24 ans, Abdelhakim Ajimi, 22 ans, Mohamed Boukrourou, 41 ans, Serge Partouche, 28 ans, et Abdelilah El Jabri, 25 ans. Amadou Koumé, 33 ans, a perdu la vie après une clé d’étranglement. Ali Ziri, 69 ans, est mort après avoir été maintenu en position de pliage. Abdelhak Goradia, 51 ans est décédé par asphyxie dans un véhicule de police.

NOS DEMANDES :

L’interdiction de l’usage par les forces de l’ordre de toutes les techniques d’immobilisation susceptibles d’entraver les voies respiratoires.

L’instauration d’un organe d’enquête indépendant de la police, chargé d’enquêter sur les plaintes déposées contre les agents des forces de l’ordre.
La mise en place d’une réglementation qui associe la famille de la victime dès le constat de décès (autopsie après entretien préalable de la famille avec les services de la médecine légale).
Et nous demandons que le ministère de l’Intérieur publie chaque année le nombre de personnes blessées ou tuées par l’action des forces de l’ordre, le nombre de plaintes déposées pour violence commise par les forces de l’ordre et le nombre de condamnations prononcées dans ces affaires.


Signer la pétition

Pétition adressée au Président de la République Emmanuel Macron, au Ministère de l'Intérieur, au Ministère de la Justice, au Défenseur des Droits, au Conseil d’État.

Mise en ligne le 27 mai 2018.

Contribuez à cette campagne, soutenez la lutte pour l'interdiction des techniques d'immobilisation mortelles en signant aussi cette pétition!


Campagne lancée par :  le collectif Vies Volées
Illustrations : Xonanji (collectif Cases Rebelles)